23/08/2008

 

3

 

Il y a des fois ou on est des artistes tout de même…

4

 

Defatou et Julie soignent une vieille blessure (enfin c’est vraiment pas une des pire) dans le dispensaire du centre AED. L’ambiance est bonne comme en témoignent les sourires. Defatou est une nouvelle venue dans le centre, elle aide Touba pour les soins aux talibés.

 

5

 

Faux lion. C’est une cérémonie que a lieu dans les rues. Le faux lion se balade sur un territoire délimité et attrape (assez violemment il faut le dire) les spectateurs qui n’ont pas payé les 200Fcfa pour obtenir un ticket les en protégeant. Ils sont ensuite amenés au centre pour être gentiment molestés et un peu humiliés (boue sur le visage, jet d’eau dans la figure, etc). Rien de bien méchant sauf si la victime tente de s’y soustraire. Un des captif a tenté de s’échapper et malheureusement pour lui il s’est fait rattrapé. A ce moment là ça devient limite trop violent, c’est ce qui a fait que Sylvie et Julie n’ont pas du tout aimé. Pour être libéré du faux lion, il faut que quelqu’un de l’assistance achète un ticket au prisonnier (c’est pour ca qu’il ne peut être trop gentil, il faut que les gens aient pitié de sa victime pour qu’il y gagne un peu) Entre temps, le faux lion danse au rythme d’un sabar (percussions qui déchirent tout, langage entre différents instruments frappés d’une main et d’une baguette souple) et d’autres personnes déguisées en marabout ou autre font des danses : pas des pitreries, ce sont vraiment de super bons danseurs.

La petite histoire raconte que, dans les temps anciens, ceux de l’Afrique ancestrale, les chasseurs partaient en brousse pour trouver de quoi nourrir leurs familles. Lorsqu’ils tuaient un animal, ce n’était pas anodin : ils enlevaient la vie à un être de dieu. En contre partie de leur trophée, ils se devaient d’endosser une partie de l’être assassiné : son âme. C’est ainsi que le tueur de lion, une fois son meurtre effectué se retrouvait avec l’âme du lion en lui. Il lui arrivait alors qu’elle face surface et supplante sa propre âme. Il se transformait alors en lion, au moins mentalement. Il devait, pour libérer son esprit, faire appel a un marabout pour l’exorciser. Entre temps, il était très agressif et attaquait toute personne qui ne lui prononçait pas une formule magique (dont je ne me souviens plus). Cette histoire africaine est devenue une tradition et des hommes se déguisent en Lion et attrapent toute personne qui n’a pas de ticket. Les enfants aiment beaucoup ces attractions, ils ne payent pas et s’amusent à narguer le lion, fuyant lorsqu’il s’approche d’eux. Sur la photo, le lion danse.

 

18:32 Écrit par Nico, Sylvie et Eliot dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.